3 Comments

  1. Giacommetti Brin d’os
    6 décembre 2017 @ 20 h 22 min

    Honnêtement, quand tu vois les premiers rangs des défilés, tu vois qu’il y a clairement un problème entre celles qui regardent et celles qui défilent. Mais est-ce que ça les ferait vraiment rêver de voir les mêmes silhouettes que les leurs sur les podiums ? Pour l’instant, les seules réactions que j’ai vues sur les mannequins grande taille c’est toujours :”j’espère que je ne suis pas comme elle quand même !”

  2. Brutesse
    6 décembre 2017 @ 19 h 52 min

    Je trouve ça bien d’encadrer le métier de mannequin, mais je ne pense pas que chiffrer une taille (ou un poids, un IMC…) soit une bonne solution, tout simplement parce que je pense (bon d’accord, ça relève du fantasme) que toutes les morphologies ont leur place dans un défilé. Je suis très grande et très maigre, malgré les choucroutes à répétition de maman, et on n’y changera rien. Ces femmes sont peut être dans la même catégorie et ne doivent pas être exclues parce qu’elles ne rentrent plus dans les cases. À l’inverse, j’espere qu’on va commencer à voir des femmes avec des formes, des vraies sur les défilés, parce qu’une paire de fesses rebondies, c’est quand même plus joli dans un jean! Il faudrait, dan un monde idéal, que les créateurs choisissent des mannequins qui ont des morphologies différentes, parce que chaque morphologie/corpulence a ses atouts !
    Bon, je vais déménager au monde des Bisounours je crois….

  3. Taille32 : et nous, on n'existe pas peut-être ?
    1 octobre 2017 @ 11 h 49 min

    […] un précédent billet, j’expliquais qu’à mon avis, la charte signée par LVMH et Kering allait faire bouger […]

Cet article vous a intéressé ? Réagissez dans les commentaires

%d blogueurs aiment cette page :